Identifiant :
Mot de passe :
Pas encore de compte?
Mot de passe oublié ?
Greenpeace dénonce l'exploitation illégale du bois en RDC
Posté par Webmaster le 26/02/2007 à  16h50

Bruxelles, Belgique — Le 26/02/07 - A l'occasion de l'ouverture de la conférence de Bruxelles sur la « Gestion durable des forêts en République démocratique du Congo », Greenpeace rend publiques des preuves documentées de l'étendue de l'abattage illégal du bois dans ce pays. L'entreprise forestière ITB est mise en cause.

En mai 2002, le gouvernement congolais a instauré un moratoire sur l'allocation, l'extension et le renouvellement des titres de coupe. Ce moratoire a depuis lors été violé à de nombreuses reprises. Plus de 21 millions d'hectares - soit plus d'un tiers de la surface de la France - sont aujourd'hui aux mains de l'industrie forestière... « Des acteurs clés s'apprêtent à se réunir pour discuter de l'avenir des forêts du Congo... Mais pour que celles-ci aient le moindre avenir, il est faut d'abord  contenir l'abattage industriel du bois. Concrètement, cela signifie annuler tous les titres octroyés, renouvelés ou échangés en violation du moratoire de 2002 et étendre celui-ci pour arrêter la dynamique de mainmise sur les forêts en RDC », souligne Stephan Van Praet, coordinateur de la campagne Forêts africaines de Greenpeace International.

Greenpeace met aujourd'hui en lumière les pratiques de l'entreprise forestière ITB (Industrie de  transformation de Bois). Cet société est active dans la région du Lac Tumba avec deux titres de coupe couvrant 294.000 hectares de forêts. Or, ces deux titres ont été alloués après mai 2002, donc en violation complète du moratoire. Cette société pratique par ailleurs ses activités sans plan d'aménagement alors qu'elle abat des essences à haute valeur commerciale comme le Wengé.

La région où ITB opère est identifiée comme prioritaire en matière de conservation. Il s'agit d'une aire de répartition critique pour le singe bonobo et d'autres espèces menacées de disparition comme l'éléphant de forêt et l'hippopotame. De nombreuses communautés 'pygmées' Twa et Bantous vivent également de ce territoire.

« Les compagnies forestières nous promettent monts et merveilles : du travail, des écoles, des centres de santé.... En réalité, la seule chose qui les intéresse est leur profit à court terme. Que se passera-t-il quand ils auront vidé nos forêts? Ils nous laisseront avec des routes défoncées et toujours pas de toits sur nos écoles ni de médicaments dans nos dispensaires... L'exploitation industrielle du bois n'apporte aucun bénéfice ! »  précise le Pasteur Matthieu Yela Bonketo, coordinateur du CEDEN, une ONG congolaise présente à Bruxelles la semaine prochaine.

Greenpeace demande que tous les titres octroyés, échangés ou renouvelés en violation du moratoire de 2002, incluant ceux d'ITB, soient annulés. Greenpeace demande également une prolongation du moratoire jusqu'à ce qu'un plan de zonage complet et participatif ait été établi et qu'un niveau de gouvernance suffisant soit en place dans le secteur forestier.

Greenpeace - 26/02/20007 - www.greenpeace.org

Ajout d'un commentaire :

Auteur :

Commentaire :

Adhérer à  l'association|Contactez-nous|Les bulletins de l'association