Identifiant :
Mot de passe :
Pas encore de compte?
Mot de passe oublié ?
Foràts primaires du Bassin du Congo Greenpeace en appel à la France
Posté par Webmaster le 13/02/2007 à 11h57

« Foràts du Congo : pour une politique de la France responsable et transparente » : A quelques jours de l'ouverture du sommet France Afrique les 15 et 16 février à Cannes, Greenpeace souligne la gravité de la situation des foràts du Bassin du Congo. Le modàle d'exploitation forestiàre promu par la France et les autres bailleurs de fond a des conséquences environnementales, sociales et économiques dramatiques. Greenpeace appelle donc Jacques Chirac à en tirer les leàons et à s'engager concràtement en faveur de la protection des derniàres foràts primaires africaines.

Aujourd'hui, la deuxiàme foràt tropicale de la planàte est plus que jamais en péril, résistant mal aux coups de butoirs de l'exploitation industrielle et de ses effets induits : pillage incontràlé des ressources et destruction du cadre de vie de dizaines de millions de personnes. L'exploitation de la foràt ne profite pas aux populations locales mais aux exploitants étrangers et à leurs réseaux affiliés. Apràs le Cameroun, le Gabon et la République du Congo, la màme tragique histoire risque de se répéter en République Démocratique du Congo, jusqu'alors relativement préservée de la menace.

« La France et les exploitants franàais ont une part importante de responsabilité à assumer dans le bilan déplorable de l'industrie forestiàre. Au lieu de reproduire continuellement les màmes erreurs, il est temps d'en tirer les leàons ! » explique Grégoire Lejonc, chargé de campagne Foràts africaines à Greenpeace France. « Des modes d'exploitation écologiquement et socialement viables doivent àtre encouragés. La situation en République Démocratique du Congo offre aujourd'hui à M.Chirac l'opportunité de faire enfin de la France un acteur politique responsable et transparent. » Pays grand comme l'Europe de l'Ouest, la République Démocratique du Congo (RDC) contient la moitié de la surface de foràts du Bassin. Le gouvernement nouvellement élu au sortir de dix années de guerre civile doit décider de l'avenir d'un espace forestier qui attire toutes les convoitises. Les conditions d'une exploitation socialement et écologiquement responsable sont toutefois loin d'àtre réunies. « Donner aux industriels les clés d'une foràt relativement préservée condamnerait ce patrimoine hors du commun, compromettrait l'existence de plus de 40 millions de personnes et mettrait à mal l'une de nos plus importante barriàre contre le réchauffement climatique» précise Filip Verbelen, spécialiste des foràts africaines pour Greenpeace International.

Greenpeace demande à Jacques Chirac de traduire en actes ses beaux discours et de s'engager concràtement en faveur de la protection des foràts encore intactes d'Afrique Centrale. La France doit cesser de promouvoir, aux càtés de la Banque Mondiale, un modàle d'exploitation forestiàre aux conséquences dramatiques. En RDC, il s'agit d'appuyer le processus de révision de la légalité des titres forestiers existants et de proroger le moratoire sur l'attribution de nouveaux titres. Ce moratoire ne pourra àtre levé que lorsqu'un plan de zonage exhaustif, transparent et concerté aura été établi, que les foràts à préserver auront été identifiées et qu'une gouvernance efficace dans toute la chaàne du bois sera garantie. Compte tenu des carences actuelles, on ne peut que s'étonner que l'AFD ait déjà l'intention de soutenir les sociétés forestiàres en RDC…

Greenpeace appelle à soutenir la manifestation mardi 13 février en conclusion du Sommet citoyen France Afrique qui se tient en ce moment à Paris et sera présent à Cannes le 15 février pour manifester aux càtés de nombreuses autres ONG.

Pierre Melquiot - www.actualites-news-environnement.com -12/02/07

Ajout d'un commentaire :

Auteur :

Commentaire :

Adhérer à l'association|Contactez-nous|Les bulletins de l'association