Identifiant :
Mot de passe :
Pas encore de compte?
Mot de passe oublié ?
La RDC attendue au sommet de Yaoundé sur les écosystàmes de la COMIFAC
Posté par Webmaster le 20/10/2006 à  14h16

La République démocratique du Congo est très attendue au sommet de Yaoundé qui se tiendra du 24 au 27 octobre 2006 dans la capitale camerounaise.

Une délégation venue du Cameroun a conféré avec le président provisoire de l'Assemblée nationale, Mbenza Thubi sur l'enjeu de ce sommet axé sur les «Ecosystèmes de forêts d'Afrique centrale». La RDC constitue un poumon important de la sous-région de l'Afrique centrale. Sa présence à ce sommet permettra à l'ensemble des pays de la région d'adopter une politique commune pour la gestion de leurs écosystèmes.

Il convient de souligner que le Sommet de Yaoundé est l'une des plus importantes initiatives politiques sous-régionales pour la conservation et la gestion durable des forêts tropicales d'Afrique Centrale. Ce sommet fait suite à une série de sommets qui se sont succédé dans la région dont le tout premier était Organisé à l'initiative du président camerounais, à Yaoundé en 1999.

Le Sommet de Yaoundé avait pour but d'examiner les problèmes liés à la conservation et à la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

Il a réaffirmé le principe politique soutenu par les gouvernements des pays de la sous région sur la question de la forêt, à savoir la nécessité «de concilier les impératifs de développement économique et social avec la conservation des écosystèmes forestiers, dans le cadre d'une coopération sous-régionale et internationale bien comprise». Parmi les recommandations importantes adoptées au cours de cette conférence, on peut souligner entre autres l'adoption des politiques nationales harmonisées en matière de forêts, l'accélération de la mise en place des instruments d'aménagement.

Il s'agit notamment des systèmes de certification harmonisés, reconnus internationalement, agréés par les Etats, ainsi que le développement des ressources humaines pour leur mise en oeuvre ; le renforcement des actions visant à accroître la participation active des populations rurales dans la planification et la gestion durable des écosystèmes et la création des espaces suffisants pour leur développement économique, social et culturel ; la mise en place des mécanismes durables de financement du développement forestier à partir des revenus générés par l'activité forestière.

L'implication des opérateurs économiques dans le processus de gestion durable et de conservation des écosystèmes forestiers ; la promotion et l'accélération du processus d'industrialisation du secteur forestier et le développement des mécanismes adéquats de financement du secteur privé en vue de maximiser la valeur ajoutée et de créer les emplois nouveaux et valorisants, tout en veillant à l'utilisation durable des ressources forestières.

Le sommet des chefs d'Etat d'Afrique centrale a abouti à une déclaration dite la Déclaration de Yaoundé et à la mise en place de la Conférence des ministres en charge des forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC).

Les chefs d'Etat d'Afrique Centrale ont donné mandat à leurs ministres en charge des forêts de «coordonner et de veiller à la mise en oeuvre des résultats du Sommet de Yaoundé». C'est dans ce cadre qu' a été mis sur pied la Conférence des ministres des forêts d'Afrique centrale (COMIFAC). La COMIFAC est l'unique instance politique et technique d'orientation, de coordination et de décision en matière de gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale. Elle est constituée d'un Conseil des ministres, d'un Secrétariat exécutif, d'un Forum sous-régional et de foras nationaux. La COMIFAC travaille en collaboration avec les autres instances sous-régionales dont la CEMAC.

Godefroid Ngamisata - Le Potentiel (Kinshasa) - 19/10/2006

Ajout d'un commentaire :

Auteur :

Commentaire :

Adhérer à  l'association|Contactez-nous|Les bulletins de l'association